Top

Il faut à peine deux heures pour rejoindre Bangkok depuis Hanoi, juste le temps de préparer les photos pour un prochain article.

Il y a deux trains au dĂ©part de l’aĂ©roport : le direct vers le centre-ville et celui qui fait une dizaine d’arrĂŞts. Évidement, on choisit celui qui fait des arrĂŞts…

L’aĂ©roport Ă©tant assez loin du centre-ville, heureusement qu’il y a le train pour faire des Ă©conomies de taxi. Après le train, on paye 100 bahts (2,30€) pour un taxi qui nous dĂ©pose 1 kilomètre après notre hĂ´tel. Ça faisait longtemps qu’on avait pas vu autant d’embouteillages, ça faisait longtemps qu’on avait pas vu autant de voitures avec une seule personne Ă  l’intĂ©rieur…

Après une rapide installation Ă  l’hĂ´tel et un dĂ©jeuner/goĂ»ter, pour 80 bahts chacun (1,90€), on se fait couper les cheveux : quelques minutes de stress qui se terminent plutĂ´t bien.

Premier jour

On passe jeter un coup d’Ĺ“il au pont Rama VIII, assez impressionnant.

On attend ensuite 30 minutes Ă  une station de Taxi-boat jusqu’au moment ou un ThaĂŻ qui Ă©tait lĂ  depuis le dĂ©but nous dit : « no boat, no boat »…

On marche jusqu’Ă  l’arrĂŞt prĂ©cĂ©dent (indiquĂ© sur Google Maps), c’est 10 bahts par personnes (0,2€), il y a beaucoup d’arrĂŞts sur le fleuve et c’est très rapide.

Il faut prendre un « cross boat » pour passer de l’autre cĂ´tĂ© du fleuve, voir le Wat Arun. L’entrĂ©e est Ă  50 bahts par personne.

Il y a quelques temples autour et on peut monter en haut si on s’accroche bien.

On s’Ă©loigne pour dĂ©jeuner et on s’arrĂŞte au The GATE : c’est bon, un poil cher mais pas assez copieux pour les goinfres que nous sommes.

Wat Po étant juste à côté, on va y faire un tour (150 bahts/personne). Des temples toujours aussi sobres et minimalistes.

Il y a le fameux Bouddha couché de 43 mètres de long ! Un curieux rituel consiste à déposer une pièce dans chaque urne tout le long du Bouddha (une cinquantaine, au moins).

Le Grand Palais ferme Ă  15h00 alors on se dirige vers le marchĂ© aux fleurs. Pas un seul occidental et c’est agrĂ©able de voir la vie des thaĂŻlandais en dehors du tourisme.

Après avoir mangé quelques fruits fraîchement découpés, on prend un Tuk-Tuk en direction de la Golden Mountain, mais personne connaît ce nom, il faut demander Wat Saket.

Le chauffeur est fou, il se faufile entre les motos et voitures Ă  grande vitesse et rigole quand on a peur ; c’est plus cher qu’un taxi (quand on est un touriste) mais c’est plus rapide. On a fait baisser le prix de moitiĂ© les deux fois ou on a utilisĂ© ce transport.

Le ticket est Ă  50 bahts par personne, il n’y a personne et c’est très calme.

Les pratiquants dĂ©posent des feuilles d’or sur la statue. Une « belle » vue sur Bangkok arrivĂ©s en haut. On se rend compte que la majoritĂ© des bâtiments ne sont pas très beaux et tassĂ©s, avec quelques temples qui dĂ©passent un peu partout.

Un peu plus tard on se retrouve au milieu d’une zone occupĂ©e par des manifestants… l’ambiance est assez cool, il y a beaucoup de vendeurs pour les gens qui campent sur place. Le couvre-feu est Ă©tabli le soir mĂŞme, mais personne ne le respecte temps que nous Ă©tions Ă  Bangkok.

Si vous voulez un portrait du roi de 3×2 mètres, ça se nĂ©gocie Ă  mĂŞme le trottoir.

Deuxième jour

C’est dĂ©cidĂ©, on ne verra pas le Grand Palais… on se dirige alors vers la maison de Jim Thompson.

C’est un amĂ©ricain qui est restĂ© en ThaĂŻlande après la guerre et qui a dĂ©veloppĂ© un commerce d’exportation de soie. Avec sa fortune il a fait dĂ©monter des maisons traditionnelles thaĂŻlandaises de rĂ©gions Ă©loignĂ©es et les a installĂ©es Ă  Bangkok pour les prĂ©server. C’est assez grand et vraiment paisible, les diffĂ©rentes maisons abritent de nombreuses pièces d’art asiatique qu’il collectionnait, mais les photos sont interdites Ă  l’intĂ©rieur.

Il a disparu dans les Cameron Highlands lors d’une promenade, on a retrouvĂ© que son chapeau…. Aujourd’hui c’est une association qui prĂ©serve les lieux et les font visiter dans de nombreuses langues pour 150 bahts par personne.

Le shopping Ă  Bangkok est très rĂ©putĂ© et on se trouve Ă  cĂ´tĂ© d’un des grands centres commerciaux de la ville (pas le plus grand et plus connu).

On rentre dans le SIAM Center faire un tour, les prix sont au moins identiques Ă  la France quand il s’agit de marques ; j’ai voulu acheter une carte mĂ©moire et impossible de la trouver en dessous de 48€ alors qu’elle est Ă  25€ sur Amazon… il y a pourtant tout un Ă©tage spĂ©cialisĂ© en Ă©lectronique.

Après un tour en taxi-boat, puis en Tuk-Tuk, on se ballade dans Chinatown. Beaucoup de magasins, de grossistes, des rues spĂ©cialisĂ©es par objets mais très peu de restaurants… on a pas la patience d’attendre l’heure du dĂ®ner, mais on repart avec un matelas gonflable (Ko Tao on arrive…).

Retour par le Chao Phraya, encore une fois c’est bien plus rapide et moins cher que les taxis, surtout que le mĂ©tro ne passe pas du cĂ´tĂ© « ancienne ville » de Bangkok.

Fin du sĂ©jour, on a pas vraiment accrochĂ© Ă  cette ville qui n’est pas du tout structurĂ©e (ou alors ce n’est pas Ă©vident) et ça donne une impression d’Ă©norme n’importe quoi. On aura Ă©vitĂ© le marchĂ© flottant le plus connu (Ă  3 heures de route)… les vrais marchĂ©s flottants sont en gĂ©nĂ©ral le weekend : pas de chance pour nous.

DĂ©part Ă  6h pour Koh Tao le lendemain.

OĂą on a dormi Ă  Bangkok ?

1

Écrire un commentaire